Circonscription ASH 02

Pour l'école de la confiance

Sommaire

{{Quelques points d’éclairage sur la co-intervention.}} La {{co-intervention}} est par définition une situation complexe car elle juxtapose / peut juxtaposer : -* des acteurs différents, -* des rôles différents (chacun ayant sa propre conception de son rôle et de celui de l’autre), -* des attentes et des visées différentes, -* des conceptions pédagogiques différentes. C’est une forme de « {Mariage professionnel} » qui sous entend : -* participation volontaire ; -* visions et préoccupations communes ; -* sentiment de parité dans les compétences ; -* respect mutuel ; -* bonne communication ; -* flexibilité. Pour les {{adultes}}, c’est l’occasion d’échanger : -* sur les difficultés rencontrées; -* sur la manière de surmonter ses difficultés; -* sur les objectifs à atteindre (pour l’élève comme pour l’enseignant); -* sur les aménagements à mettre en place dans le cadre de la différenciation pédagogique. Pour les {{élèves}}, c’est un moyen : -* de mieux comprendre les enjeux du travail proposé; -* de participer aux activités qui sont proposées à tous; -* de comprendre comment les aborder; -* de permettre la réussite et le transfert; -* d’éviter d’être « stigmatisé ». La {{co-intervention}} peut se penser : -* en enseignement en {{ateliers}}; -* en enseignement en {{parallèle}}; -* en enseignement en {{pédagogie différenciée}}. (cf: [Différenciation pédagogique: comment adapter l'enseignement pour la réussite de tous les élèves?->https://www.cnesco.fr/fr/differenciation-pedagogique/]) {{Pour des intentions différentes :}} exercer / réviser / soutenir / préparer / revenir en arrière / compenser / faire autrement. Elle nécessite de l’{{anticipation }} : -* Co-construire la séquence d’enseignement (ensemble de séances); -* Préciser les compétences visées centrées sur les acquisitions attendues pour les élèves; -* Choisir et ajuster des situations prévues / des compétences visées; -* Anticiper les obstacles, les démarches, les erreurs des élèves. Mais aussi des {{ajustements/articulations}} : -* Co-construire les séances ; prévoir les activités, les supports, l’évaluation ; -* Anticiper les différentes phases et définir le rôle des deux enseignants ; -* Trouver du temps (avant et après) -* Modifier ses pratiques habituelles ; -* Trouver un consensus, faire des “compromis…”

Co-Intervention, Oui mais comment ?

Synthèse de la Conférence Co-intervention au REP J.J. Rousseau d’Argenteuil de la circonscription ASH80

Quelques points d’éclairage sur la co-intervention.

La co-intervention est par définition une situation complexe car elle juxtapose / peut juxtaposer :

  • des acteurs différents,
  • des rôles différents (chacun ayant sa propre conception de son rôle et de celui de l’autre),
  • des attentes et des visées différentes,
  • des conceptions pédagogiques différentes.

C’est une forme de « Mariage professionnel » qui sous entend :

  • participation volontaire ;
  • visions et préoccupations communes ;
  • sentiment de parité dans les compétences ;
  • respect mutuel ;
  • bonne communication ;
  • flexibilité.

Pour les adultes, c’est l’occasion d’échanger :

  • sur les difficultés rencontrées ;
  • sur la manière de surmonter ses difficultés ;
  • sur les objectifs à atteindre (pour l’élève comme pour l’enseignant) ;
  • sur les aménagements à mettre en place dans le cadre de la différenciation pédagogique.

Pour les élèves, c’est un moyen :

  • de mieux comprendre les enjeux du travail proposé ;
  • de participer aux activités qui sont proposées à tous ;
  • de comprendre comment les aborder ;
  • de permettre la réussite et le transfert ;
  • d’éviter d’être « stigmatisé ».

La co-intervention peut se penser :

Pour des intentions différentes :
exercer / réviser / soutenir / préparer / revenir en arrière / compenser / faire autrement.

Elle nécessite de l’anticipation  :

  • Co-construire la séquence d’enseignement (ensemble de séances) ;
  • Préciser les compétences visées centrées sur les acquisitions attendues pour les élèves ;
  • Choisir et ajuster des situations prévues / des compétences visées ;
  • Anticiper les obstacles, les démarches, les erreurs des élèves.

Mais aussi des ajustements/articulations :

  • Co-construire les séances ; prévoir les activités, les supports, l’évaluation ;
  • Anticiper les différentes phases et définir le rôle des deux enseignants ;
  • Trouver du temps (avant et après)
  • Modifier ses pratiques habituelles ;
  • Trouver un consensus, faire des “compromis…”
Mise à jour : 24 janvier 2019